Actualités

Il y a 27 ans, il était une « foi » nommée Abdelhak Benhamouda …

Abdelhak Ben Hamouda était un homme remarquable de courage qui a consacré sa vie à la défense des droits des travailleurs en Algérie. Il était un syndicaliste éminent et un leader charismatique au sein de l’Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA). Son engagement indéfectible envers la cause des travailleurs et sa détermination à lutter pour la justice sociale ont fait de lui une figure emblématique. Sa foi dans le syndicalisme était inébranlable. Il croyait dur comme fer que l’avenir de l’Algérie, comme au temps de Aïssat Idir, passait inéluctablement par l’engagement et la détermination des travailleurs.

Malheureusement, son parcours a été marqué par une fin tragique. En 1997, il a été assassiné par les terroristes. Cet acte lâche a privé l’Algérie d’un défenseur infatigable des droits des travailleurs. Abdelhak Ben Hamouda restera à jamais dans les mémoires comme un symbole de résistance et de lutte pour la justice.

Son héritage continue d’inspirer de nombreuses personnes à poursuivre sa mission et à défendre les droits des travailleurs en Algérie. Il est important de se souvenir de sa contribution et de perpétuer sa mémoire. Les générations futures doivent connaître son histoire et s’inspirer de son courage et de sa détermination.

En honorant la mémoire d’Abdelhak Benhamouda, l’Union Générale de Travailleurs Algérien, (UGTA), à organiser hier, une cérémonie de recueillement en son siège au 1er mai, l’endroit même où il a été assassiné. À cette occasion, des représentants des fédérations syndicales, des différents secteurs et entreprises économiques, ainsi que des travailleurs et des représentants de partis politiques ont déposé des gerbes de fleurs devant la stèle commémorative du défunt à la centrale syndicale, puis ont lu la Fatiha.


Le mardi 28 janvier 1997, dans la cour de la centrale syndicale, le secrétaire général de l’UGTA sorti d’une réunion à la maison du peuple, il était sur le point de monter dans sa voiture quand cinq hommes armés firent irruption, ouvrant le feu. Benhamouda a été l’un des fondateurs du comité national de défense de la république en 1991 et a échappé de justesse à un premier attentat, le 1er décembre 1992.

Aujourd’hui, 27 ans plus tard, ces événements se retrouvent presque oubliés. Les nouvelles générations savent peu de choses sur cette figure, ayant marqué les esprits. Aussi ll’hommage rendu, hier, par l’UGTA revêt-il une importance particulière

Auteur / autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com

Se connecter

S’inscrire

Réinitialiser le mot de passe

Veuillez saisir votre identifiant ou votre adresse e-mail. Un lien permettant de créer un nouveau mot de passe vous sera envoyé par e-mail.