ActualitésMonde

Gaza : 7 travailleurs humanitaires tués par l’armée israélienne

Sept travailleurs humanitaires travaillant pour l’ONG américaine World Central Kitchen ont été tuées dans une frappe israélienne lundi. Le véhicule qui les transportait a été la cible d’une attaque aérienne. L’ONG, qui a annoncé l’information, a décidé de suspendre ses activités dans la bande de Gaza.

Parmi les victimes figurent plusieurs ressortissants occidentaux. Il s’agit d’un Australien, un Polonais, un Britannique, un citoyen ayant la double nationalité américaine et canadienne, et un Palestinien. Cette énième attaque lâche contre des travailleurs humanitaires a soulevé un tôlée à travers le monde.

La Chine s’est dite ce mardi “choquée” par la frappe meurtrière, perpétrée par l’armée israélienne. L’Espagne a exigé, par le biais de son Premier ministre Pedro Sanchez, qu’Israël “fasse la lumière dès que possible”, sur ce nouveau drame. “J’espère, et j’exige, que le gouvernement israélien fera la lumière dès que possible sur les circonstances de cette attaque brutale”, a-t-il déclaré.

Pour sa part, le ministre polonais des Affaires étrangères, Radoslaw Sikorski, a annoncé ce mardi avoir demandé des explications à Israël. Il a indiqué sur le réseau social X, que Varsovie prévoyait de mener sa propre enquête.

De son côté, le Royaume-Uni a dit attendre d’Israël “des explications transparentes et complètes”, a déclaré mardi le chef de la diplomatie britannique David Cameron. “Il est essentiel que les travailleurs humanitaires soient protégés et capables d’effectuer leur mission”, a affirmé le ministre des Affaires étrangères sur X.

Condamnation unanime à travers le monde

De son côté, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a condamné la frappe israélienne, réclamant l’ouverture d’une enquête. “Je condamne cette attaque et je réclame qu’une enquête soit lancée au plus vite”, a-t-il écrit sur X. “En dépit de toutes les demandes pour protéger les civils et les travailleurs humanitaires, nous continuons à voir des innocents tués”, a ajouté M. Borrell.

Le premier ministre australien a confirmé, mardi matin, qu’une de ses compatriotes, Zomi Frankcom, était du nombre et a assuré que son pays « chercherait à établir les responsabilités ». La Maison Blanche a affirmé lundi avoir “le cœur brisé” après la mort des travailleurs humanitaires.

L’ONG Médecins du Monde n’a pas manqué, elle aussi, de dénoncer l’acte lâche commis par les Israéliens. Cette frappe est « un message envoyé par l’armée israélienne » visant à empêcher les humanitaires d’intervenir sur le terrain », a dénoncé sur Franceinfo le vice-président de l’organisation Jean-François Corty.  » On voit bien que les soignants, les civils, les humanitaires tombent sous des bombardements aveugles”, a affirmé M. Corty. “Ce sont des centaines de milliers de personnes qui sont aujourd’hui soumises à un blocus aérien et terrestre (…) qui témoigne d’une intention génocidaire”, a-t-il dénoncé.

Auteur / autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *